Fartez vos snows


Par Brice Duhamel et Denis Bertrand

Avant de vous élancer sur les pentes enneigées, voici quelques petits conseils avec Jacko, l’ouvrier trois-huit du shop La Glisse de Grenoble, qui vous permettront d’arriver le premier en haut de la belle pente vierge que tous vos potes cherchent à vous piquer.

POURQUOI CA GLISSE ?

Contrairement aux évidences, ce n’est pas sur la neige que glisse la planche mais sur une fine pellicule d’eau.
Je vous explique : en avançant, la semelle de votre planche fait fondre la surface de la neige par frottements et par pression. Sans ce film d’eau de quelques microns, les cristaux de neige scotcheraient votre board au sol. C’est d’ailleurs ce qui arrive quand vous démarrez sur une neige très froide car le frottement n’est pas suffisant pour glisser. Suivant la température et l’humidité de la neige, la glisse va donc varier. Il est possible de l’améliorer, en faisant varier deux paramètres : la structure de la semelle et le type de fart.

LA STRUCTURE DE LA SEMELLE

L’idée qu’une bonne semelle doit être lisse comme un miroir est archi fausse. Cette surface parfaite ne permettrait pas l’échauffement indispensable à la formation de la pellicule d’eau. Pire, même si vous arriviezà créer ce film liquide, ce type de semelle ferait systématiquement ventouse, comme on le constate parfois sur les neiges très mouillées.
La solution consiste à structurer la semelle en la couvrant de micro rainures. C’est en général au papier de verre monté sur de grosses ponceuses à bande que les fabricants fignolent les semelles.
Cette méthode simple donne une structure au comportement correct quelles que soient les neiges mais a tendance à laisser des micros copeaux de plastique appelés “peluches”.
Les semelles des boards haut de gamme sont finies à la pierre, ce qui évite ce problème et permet de varier la taille des rainures. Un peu à la manière des sculptures d’un pneude voiture, les grosses rainures évacuent la pellicule d’eau plus vite sur les neiges chaudes.
Pour les neiges froides plus aérées, la structure est bien plus fine, avec des arêtes agressives pour garder le peu d’eau qui se forme. En tout cas, il est toujours possible de reprendre une structure avec du papier de verre ultra fin. Ensuite il est impératif de farter à chaud.

LE FARTAGE

La structure de la semelle d’un snowboard ne correspond pas à toutes les neiges ; le fart est là pour corriger tout ça. Ce corps gras a d’abord un effet chimique dit hydrophobe qui repousse l’eau et aide à glisser. Il a aussi un effet mécanique en modifiant le contact avec la neige. Le fart pour neiges mouillées est moins dur que pour les neiges froides. Enfin et ce n’est pas la moindre de ses qualités, le fart a un effet protecteur.
Une semelle soumise à l’abrasion de la neige finit par pelucher, c’est-à-dire qu’au microscope elle ressembleà une grosse moquette en Poiltex ; à l’œil, la semelle a blanchi.
Une semelle périodiquement nourrie au fart conserve d’autant plus sa structure d’origine et glisse parfois mieux qu’au début. Ça va énerver votre pote que vous glissiez mieux avec votre vieille David Vincent 1997, qu’avec sa toute nouvelle Salomon super structurée…
Le matériel indispensable :

  • Un atelier…
  • Du défartant : Da Kine, Red ou du trichlo mais ça graisse un peu la semelle, en plus de la bouffer
  • Du fart à chaud : Red, Sex Wax.
  • Un fer à farter : Bakoda, Red, fer de grand-mère…
  • Un racloir en plastique : Red, bout de Plexiglas bien affûté…
  • Une brosse mi-synthétique, mi-métal : Red, tampon jex.
  • Du papier de verre n°0 à l’eau.
  • Une cale en liège (6 x 10 x 2 cm) pour tenir le papier de verre ou le tampon jex.

NETTOYER

Une semelle retient les poussières, le goudron et les restes de vieux fart. Pour les ôter, on commence par utiliser le racloir, puis la brosse ou le tampon jex. Si c’est encore sale, on peut dissoudre les corps gras avec du défartant, mais le mieux est d’effectuer un fartage à vide, en passant le fer chaud sans fart sur la semelle pour faire dégorger l’ancien fart. On racle vite avant que ça ne refroidisse. On peut éventuellement finir en passantà la main un papier de verre à l’eau ultra fin (n°0) tenu sous la cale plate pour améliorer une structure médiocre.
Il faut poncer de la spatule au talon sans dévier pour que les rainures soient longues et dans l’alignement.

FARTER

Le seul fartage qui va nourrir votre semelle et durer plus d’une journée est le fartage à chaud, qui pénètre dans la porosité de la semelle. Celui à froid où l’on passe un fart liquide ou en crayon sert d’appoint et pour une courte durée.

  1. Réglez la température du fer. Le fart doit fondre mais ne doit pas fumer. Sur les fers spécial fartage, la température est déjà réglée.
  2. Préchauffez la semelle avec le fer pour en dilater les pores et faciliter l’absorption du fart.
  3. Faites fondre le fart sur le fer au-dessus de la semelle. Ce n’est pas la peine d’en mettre trop, la semelle en absorbe très peu.
  4. Étalez lentement avec le fer dans le sens longitudinal. Le fart en spatule doit rester liquide quand vous arrivez au talon.
  5. Laissez durcir au froid une vingtaine de minutes.
  6. Raclez la board avec un racloir en plastique jusqu’à retrouver la semelle. Un racloir en métal serait trop agressif pour la structure de la semelle.
  7. Finissez d’enlever le surplus de fart avec une brosse non métallique, en passant sur toute la longueur, pour faire ressortir la structure.

LES PLUS

Certaines gammes de fart permettent d’affiner la préparation en fonction des températures de neige très précises.
Pour ne pas trop vous prendre la tête, choisissez plutôt un fart de type atelier, à grande plage d’utilisation.
De plus, il vaut mieux un fart chaud sur une neige froide qu’un fart froid sur une neige chaude.
Pensez à garder un bout de “0°C” dans la poche pour corriger à froid.